Nom Abroch zu Cattenom8 Greenpeace-Aktivisten riskéiere Prisongsstrofen

Nom Abroch zu Cattenom sëtzen 8 Greenpeace-Memberen den Ament am Garde à vue. Si riskéieren am schlëmmste Fall Prisongsstrofen.

Leschten Update: 13.10.2017, 14:14:07

© Nicolas Chauveau / Greenpeace

Nom Abroch vu Greenpeace-Aktivisten zu Cattenom huet d‘Bedreiwerfirma EDF op enger Pressekonferenz reagéiert. Et wieren 8 Greenpeace-Memberen, déi mat Leederen op den Terrain vun der Zentral geklomme sinn. D'Persounen, franséisch Staatsbierger, géifen de Moment am Garde à vue sëtzen. Si riskéiere Prisongsstrofen vu bis zu 5 Joer. Ënnert den Aktiviste wier kee Lëtzebuerger, esou de Roger Spautz vu Greenpeace Lëtzebuerg. 

Zu kengem Moment hätt eng Gefor bestanen, seet EDF. D'Aktiviste wieren nach eng 100 Meter vun de Gebaier mat de sensibele Zonen ewech gewiescht, dat heescht och vun de Killbaséngen. Bannent 8 Minutten wieren d'Sécherheetsbeamten an ee Peloton vun spezialiséierte Gendaarmen op der Plaz gewiescht. 

De Roger Spautz vu Greenpeace Lëtzebuerg:


En Donneschdeg de Muere kuerz no 5h30 war et e puer franséischen Aktiviste vu Greenpeace gelongen op de Sitte vu Cattenom anzebriechen. Net wäit ewech vun enger sou genannter Piscine, an där ofgebrannte Brennstief gelagert sinn, hu si ee Freedefeier gezünt. Wéi et heescht hätt zu kengem Moment eng Gefor bestanen.

Nach eemol de Roger Spautz:



Greenpeace wëll mat dëser Aktioun weisen, dat dës sou genannte Piscinen wou radioaktiivt Material läit, net genuch geséchert ginn.

EDF huet d'Aktioun schaarf condamnéiert an huet eng Plainte gemaach.

© Nicolas Chauveau / Greenpeace


Action : Greenpeace France fait des étincelles à Cattenom pour dénoncer sa vulnérabilité 

Paris, le 12 octobre 2017 – Ce matin, à 5h35, des militant-e-s de Greenpeace France se sont introduit-e-s à l’intérieur du périmètre de la centrale nucléaire de Cattenom, en Moselle, et  y ont déclenché un feu d’artifice, à proximité de la piscine d’entreposage du combustible usé. Ils veulent ainsi dénoncer la fragilité et l’accessibilité de ces bâtiments pourtant chargés de radioactivité.

Les militant-e-s de Greenpeace France sont de retour sur le site d’une centrale nucléaire afin de dénoncer les risques qui planent sur ces installations. Cette action symbolise l’inquiétante vulnérabilité des piscines de combustible usé face à des risques d’actes malveillants.

Alors qu’EDF, l’exploitant des centrales nucléaires françaises, prétend sécuriser les centrales, les militant-e-s de Greenpeace France pointent du doigt le manque de protection des parties les plus fragiles des installations.

« Depuis des années, Greenpeace France dénonce les risques inhérents à ces installations. Les risques sont connus et reconnus par les autorités en charge de la sécurité. Mais rien ne change ! », s’insurge Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France.
« Faut-il attendre qu’un acte de malveillance subvienne sur une centrale pour qu’EDF sorte enfin du déni dans lequel elle est engluée ? EDF doit agir dès maintenant en bunkerisant les piscines d’entreposage de combustible usé. Il en va de la sécurité des populations en France et en Europe », insiste Yannick Rousselet.

En début de semaine, Greenpeace France a remis aux autorités compétentes sur la sécurité nucléaire un rapport rédigé par sept experts indépendants.
Dans ce rapport, les experts alertent sur l’extrême fragilité des piscines de combustible usé qui sont mal protégées face aux risques d’attaques extérieures. Pourtant, un accident sur ce type de bâtiment pourrait avoir des conséquences encore plus étendues sur le territoire que celles de l’accident de Fukushima (plus de 80 km). 



Links