Op rouder Interpol-LëschtFranséische Staatsbierger soll entlooss ginn

De Mann sëtzt zënter Ufank Abrëll zu Schraasseg an hätt sollen un d'Arabesch Emiraten ausgeliwwert ginn. Um Mëttwoch gouf ugefrot, hie fräi ze loossen.

Leschten Update: 17.05.2018, 15:27:30

© Eldoradio Archiv

Wéi et an engem Schreiwes vum Parquet e Mëttwochmëtteg heescht, soll de franséische Staatsbierger, deen op der rouder Lëscht vun Interpol stoung, fräigelooss ginn. Hie ass zënter dem 6. Abrëll zu Schraasseg am Prisong a sollt jo un d'Arabesch Emiraten ausgeliwwert ginn. De Virworf vun enger Entféierung gouf also fale gelooss, well Interpol de Numm vum Mann vun der Lëscht gestrach huet. An esou engem Fall mussen déi zoustänneg Instanzen informéiert ginn, mee weder de Lëtzebuerger Parquet nach soss Autoritéite krute Bescheed gesot.

Hei de Communiqué vum Parquet:

Libération du ressortissant français en détention provisoire au Luxembourg depuis le 6 avril 2018

Communiqué par : Parquet de Luxembourg

Le parquet de Luxembourg a demandé en date d’aujourd’hui au juge d’instruction auprès du tribunal d’arrondissement de Luxembourg la mainlevée immédiate du mandat d’arrêt provisoire à l’encontre du ressortissant français en détention provisoire depuis le 6 avril 2018 au Centre pénitentiaire de Schrassig. Cette personne avait fait l’objet d’une notice rouge d’Interpol (recherche pour arrestation en vue d’extradition) à la demande des autorités des Emirats arabes unis.

Conformément à la loi modifiée du 20 juin 2001 sur l’extradition, un mandat d’arrêt avait été décerné par un juge d’instruction à l’encontre du ressortissant français. L’Etat requérant entendait exercer des poursuites du chef de faits qu’il avait qualifiés d’enlèvement.

Il s’est avéré aujourd’hui qu’Interpol Abu Dhabi avait effacé le signalement du ressortissant français de leur liste de personnes recherchées le 8 mai 2018 sans pourtant en avertir ni le parquet de Luxembourg ni les instances policières compétentes. C’est seulement grâce à l’initiative des autorités concernées du Luxembourg que cette radiation a été révélée.

A ce jour l’Etat requérant n’a pas présenté par la voie diplomatique, comme la loi précitée l’exige, la demande d’extradition appuyée d’un certain nombre de pièces dont notamment un exposé des faits pour lesquels l’extradition était demandée.

Le délai de 45 jours endéans lesquels l’Etat requérant est tenu en vertu de la prédite loi de présenter les pièces requises aurait pris fin lundi, le 21 mai 2018 à minuit.