NewsEU-Ausseminister: kee Waffen-Embargo géint d'Tierkei

D'EU verhänkt bis op Weideres keen allgemengt Waffen-Embargo géint d'Tierkei. Dat gouf bei der Entrevue vun den EU-Ausseminister zu Lëtzebuerg decidéiert.

Leschten Update: 14.10.2019, 17:36:32

© Nazeer Al-khatib / AFP

D'EU-Staaten hunn di tierkesch Militär-Offensiv a Syrien eestëmmeg veruerteelt. Bei der Entrevue vun den Ausseminister e Méindeg zu Lëtzebuerg hunn d'Länner dozou opgeruff, keng Waffe méi un Ankara ze verkafen. Op en eenheetlecht Waffen-Embargo gouf sech awer net gëeenegt.

De Lëtzebuerger Ausseminister Asselborn sot géintiwwer dem ZDF, datt een d'Offensiv net rechtfäerdege kéint.

D'Tierkei geet zënter leschter Woch mat Loft- a Buedemtruppe géint di kurdesch Miliz YPG vir, déi si als Terror-Organisatioun astufen.

Hei den Detail vum Ministère:

Jean Asselborn au Conseil « Affaires étrangères » de l’Union européenne, le 14 octobre 2019 à Luxembourg
Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, a participé au Conseil « Affaires étrangères » de l’Union européenne, qui s’est tenu le 14 octobre 2019 à Luxembourg.

Le Conseil a débuté sa session par un point d’actualité de la Haute Représentante Federica Mogherini, dans la suite des discussions tenues lors de la 74ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies concernant notamment l’Iran, la Libye et le Venezuela.

Par la suite, les ministres se sont penchés sur la situation en Syrie, en présence de l'envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Syrie, Geir Pedersen. Cela fut l’occasion d’articuler la position européenne face à l’action militaire unilatérale lancée le 9 octobre dernier par la Turquie dans le nord-est de la Syrie.

Le chef de la diplomatie luxembourgeoise a fermement condamné l’invasion militaire turque dans le nord-est de la Syrie, en soulignant qu’elle représente aussi une menace pour la sécurité européenne, en particulier dans la mesure où elle a déjà permis à des combattants de Daech de s’échapper des camps où ils étaient détenus jusqu’à présent par les Kurdes des Forces démocratiques syriennes. Le ministre Asselborn s’est montré particulièrement préoccupé par le sort des populations civiles dans la région, alors que les affrontements des derniers jours ont provoqué la mort de nombreux civils, y compris des enfants. Il a mis en exergue que « l’opération turque aggrave la situation humanitaire déjà désastreuse, force encore plus de personnes à se déplacer et risque de mettre en péril les résultats atteints dans la lutte contre Daech ».

« Nous sommes dans une situation extrêmement grave », a conclu le chef de la diplomatie luxembourgeoise, qui a plaidé pour renforcer l’engagement humanitaire en Syrie, de concert avec les Nations Unies, et pour suspendre les exportations d’armes en direction de la Turquie.

Au terme de leur discussion, les ministres se sont mis d’accord pour adopter des conclusions du Conseil qui condamnent l’action militaire de la Turquie et qui reflètent la volonté des Etats membres de l’Union européenne de cesser les exportations d’armes vers la Turquie, en vertu des dispositions de la position commune 2008/944/PESC du Conseil définissant des règles communes régissant le contrôle des exportations de technologie et d’équipements militaires, et en application stricte du quatrième critère relatif à la stabilité régionale défini dans la position commune.

Le Conseil a évoqué par ailleurs les activités de forage illégales effectuées par la Turquie en Méditerranée orientale, dans la zone économique exclusive chypriote. Le ministre Asselborn a exprimé sa pleine et entière solidarité avec Chypre. Au terme du débat entre les ministres, le Conseil a pu se mettre d’accord sur la mise en place d’un cadre de mesures restrictives visant les personnes et les entités impliquées dans les activités de forage illégales, en rappelant ses conclusions du 15 juillet 2019 à ce sujet.

Les conclusions sur le nord-est de la Syrie et sur les activités de forage illégales de la Turquie en Méditerranée orientale ont été adoptées simultanément par le Conseil.

Au cours de leur déjeuner de travail, les ministres des Affaires étrangères ont eu un échange de vues avec leur nouvel homologue ukrainien, Vadym Prystaiko, sur la situation en Ukraine, la mise en œuvre des accords de Minsk et les relations entre l’UE et l’Ukraine.