NewsMineur wéinst aggressivem Verhalen a Prisong ënnerbruecht

De Mannerjärege wéilt sech net hëllefe loossen an ass ëmmer erëm duerch Aggressiounen a Menacen opgefall. An der UNISEC konnt hien dofir net méi bleiwen.

Leschten Update: 24.01.2020, 11:20:34

© PASCAL GUYOT / AFP

Wéi de Parquet matdeelt, gouf e Mannerjärege vu 17 Joer de Freideg duerch d'Decisioun vum Jugendriichter an de Prisong zu Schraasseg verluecht.
Et géif sech dobäi ëm eng aussergewéinlech Mesure handelen, déi awer wéinst dem Behuele vum Mineur néideg gewiescht wier.

Schonn a jonkem Alter wier hien duerch säin aggressiivt Verhalen opgefall, zanter 2014 wieren en a verschiddenen Institutiounen zu Lëtzebuerg an am Ausland ënnerbruecht gewiescht. Nieft ville Strofdote wéi Mëssbrauch, Klaue mat Hëllef vu Gewalt a Menacen a Kierperverletzung géif en sech och net hëllefe loossen an d'Leit, déi sech ëm e géife këmmeren ëmmer erëm menacéieren an ugräifen. D'Situatioun an der „Unité de Sécurité du Centre Socio-Educatif de l’Etat » (UNISEC) wier doduerch ondrobar ginn.

De Mannerjäregen, deen dëst Joer seng 18 Joer krit wier dofir elo fir eng Iwwergangszäit am Prisong ënnerbruecht ginn. Et géif een elo drop waarde bis eng adequat Institutioun sech bereet erkläert de Mineur opzehuelen.

Liest hei de Communiqué vum Parquet:

En  date de ce jour, un mineur, âgé de 17 ans, a été placé, par décision du juge de la jeunesse de Luxembourg, au Centre Pénitentiaire de Luxembourg. Le Parquet général souligne d’emblée qu’il s’agit d’une mesure exceptionnelle, mais devenue inéluctable suite au comportement de l’adolescent en question.

Dès son plus jeune âge, il s’est fait remarquer par un comportement très agressif. Depuis 2014 il a été placé dans différentes institutions tant à l’étranger qu’au Luxembourg. Il se trouve depuis 13 mois à l’Unité de Sécurité du Centre Socio-Educatif de l’Etat (UNISEC) suite à de nombreuses fugues ainsi qu’à la commission d’un nombre important d’infractions pénales graves, dont des faits de viol, de vols à l’aide de violences et de menaces, de coups et blessures volontaires ayant causé une incapacité de travail.

Malgré une prise en charge socio-pédagogique et pédopsychiatrique très intensive à l’UNISEC, les professionnels ont dû constater une nette régression dans son comportement, de même qu’un accroissement du recours à la violence. Non seulement le mineur refuse toute aide, mais en plus, il menace et agresse régulièrement les professionnels qui s’occupent de lui. Plusieurs plaintes ont été déposées à son encontre. De ce fait la situation à l’UNISEC est devenue intenable et cela tant pour les professionnels et pensionnaires de cette institution, que pour le mineur lui-même.

A l’initiative du juge de la jeunesse en charge du mineur, une réunion de concertation entre professionnels a eu lieu en date du 14 janvier 2020. La conclusion des échanges y menés est claire: le Luxembourg ne dispose pas d’une institution adaptée aux besoins spécifiques de ce mineur et les recherches d’une telle institution à l’étranger se sont avérées jusqu’à présent infructueuses.

Par conséquent, le mineur qui aura ses 18 ans au cours de cette année-ci a été placé au CPL.

Le Parquet général insiste pour dire qu’il ne s’agit que d’une solution transitoire en attendant qu’une institution adaptée, qui se situera forcément à l’étranger, soit prête à le prendre en charge.

Cette mesure de placement est conforme aux exigences de l’article 6 de la loi modifiée du 10 août 1992 relative à la protection de la jeunesse, selon lequel un mineur peut être placé dans un établissement disciplinaire de l’Etat, soit au CPL, si une mesure de placement dans un établissement ordinaire de garde, d’éducation ou de préservation est inadéquate en raison de la mauvaise conduite ou du comportement dangereux du mineur en cause.