D'USA wëllen aus dem "Open-Sky"-Ofkommes austrieden. An engem Communiqué mat aneren europäesche Regierunge bedauert de Lëtzebuerger Ausseministère dat.

Déi amerikanesch Regierung hat en Donneschdeg ugekënnegt, sech aus dem "Open Sky"-Traité zeréckzéien ze wëllen. Den Traité gesäit vir, datt d'Nato-Staaten a fréier Memberlänner vum Warschauer Pakt sech géigesäiteg bei der militärescher Loftiwwerwaachung ënnerstëtzen. Dëse Vertrag ass zënter 2002 a Kraaft.

D'USA hunn als Grond uginn, datt Russland sech net géif un de Vertrag halen. An der Nato gëtt schonn zënter méi laangem driwwer diskutéiert, datt Russland net all Reegele respektéiert.

Et dauert 6 Méint, bis den Austrëtt offiziell wierksam ass.

Verschidden europäesch Länner, dorënner Lëtzebuerg, hunn dës Decisioun elo an engem gemeinsame Communiqué kritiséiert. Den Traité wier en "entscheedend Element am Kader vun der Verstäerkung vum Vertrauen" tëscht de verschidde Länner. 

Hei den offizielle Communiqué vum Ausseministère:

Traité ciel ouvert: communiqué commun des ministères des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne, de la Belgique, de l’Espagne, de la Finlande, de l’Italie, du Luxembourg, des Pays-Bas, du Portugal, de la République tchèque et de la Suède (22 mai 2020)
 
Nous regrettons l’annonce du gouvernement des Etats-Unis de son intention de se retirer du Traité ciel ouvert, bien que nous partagions ses préoccupations relatives à la mise en œuvre des dispositions du traité par la Russie.

Le Traité ciel ouvert est un élément crucial du cadre de renforcement de la confiance qui a été créé au cours des décennies passées en vue d’accroître la transparence et la sécurité à travers la zone euro-atlantique.

Nous continuerons à mettre en œuvre le Traité ciel ouvert qui a une valeur ajoutée évidente pour notre architecture de maîtrise des armements conventionnels et notre sécurité commune.

Nous réaffirmons que ce traité demeure fonctionnel et utile. Le retrait devient effectif au terme d’un délai de six mois.

S’agissant des questions sur la mise en œuvre du traité, nous continuerons à dialoguer avec la Russie comme cela a été précédemment décidé entre Alliés de l’OTAN et d’autres partenaires européens afin de régler les questions en suspens telles que les restrictions indues imposées sur les vols au-dessus de Kaliningrad. Nous continuons à appeler la Russie à lever ces restrictions et poursuivons notre dialogue avec toutes les parties.