Am Kader vun enger internationaler Etüd goufen iwwer 8.000 Lëtzebuerger Schüler iwwer hir Gesondheet an hir Gewunnechte befrot.

D'Gesondheet vun de Lëtzebuerger Schüler huet sech verschlechtert. Dat geet aus der internationaler Etüd "Health Behavior in School-aged Children" ervir. Am Kader vun dëser Etüd goufen am Joer 2018 8.687 Schüler am Alter vun 11 bis 18 Joer zu Lëtzebuerg iwwert hire Gesondheetszoustand an hir Gewunnechte befrot. Zënter 2006 ass et déi 4. Etüd vun dëser Zort.

Wéi aus den Etüden ervirgeet, huet d'Gesondheet vun de Schüler zu Lëtzebuerg sech am Laf vun de Jore verschlechtert.

Engersäits kloe méi Schüler iwwer mental Problemer. 2006 haten nach 34,8 Prozent vun de befrote Schüler uginn, dass si ënner mentale Problemer leiden. 2018 waren et 40,1 Prozent. Allerdéngs huet de Mobbing ënnert de Schüler ofgeholl. 2006 haten nach 13 Prozent vun de Befroten uginn, dass si Affer vu Mobbing gi waren. 2018 louch den Undeel vun de Mobbing-Affer ënnert de Schüler nach bei 8,2 Prozent.

Och déi kierperlech Gesondheet vun de Schüler huet sech zum Deel verschlechtert. 2006 ware 14 Prozent vun de Schüler fettleiweg. 2018 waren et der 19 Prozent. Iwwerdeems ass dann och den Undeel vun de Schüler, déi reegelméisseg Sport maachen, zeréckgaangen. Dat vu 39,6 Prozent am Joer 2006 op 35,2 Prozent am Joer 2019.

Allerdéngs hunn och manner Schüler ongesond Ugewunnechten ewéi nach am Joer 2006. Esou ass den Undeel vun de Schüler, déi Tubak fëmmen oder Alkohol drénken am Laf vun de Jore méi kleng ginn. Beim Konsum vum Cannabis ass et iwwerdeems esou, dass den Undeel vun de Konsumenten ënnert deene jonke Schüler gefall ass. Allerdéngs fëmmt e méi groussen Undeel vun de 17- an 18-Järege Cannabis ewéi nach am Joer 2006.

Schliisslech hu 65 Prozent vun de Schüler ugi, gären an d'Schoul ze goen. 40 Prozent hunn ausgesot, dass d'Schoul si op d'mannst deelweis stresse géing.

Hei fannt dir weider Detailer: 

Étude sur la santé des adolescents au Luxembourg: publication du rapport HBSC sur les données de 2018 (19.04.2021)

Communiqué par: ministère de la Santé / ministère de l'Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse / Université du Luxembourg

Le rapport sur l’enquête internationale HBSC (Health Behaviour in School-aged Children) 2018 vient d’être publié. L’enquête HBSC est organisée tous les quatre ans sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Impliquant plus de 45 pays, elle permet d’établir une photographie précise de la santé et des comportements de santé des adolescents. L’enquête «HBSC Luxembourg» est réalisée en collaboration entre le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, le ministère de la Santé et l’Université du Luxembourg.

Le rapport contient des résultats détaillés de l'enquête de 2018, à laquelle ont participé 8 687 élèves âgés de 11 à 18 ans au Luxembourg. Il s'agit de la quatrième enquête de ce genre depuis 2006, ce qui permet également de présenter les tendances sur une plus longue période ainsi qu’une perspective comparative au niveau international.

Le rapport met en évidence les développements antérieurs à la pandémie de COVID-19. À la lumière de la crise sanitaire actuelle, il est capital de disposer d'informations fondées sur des preuves concernant les perceptions et les comportements des adolescents en matière de leur santé. Les résultats du rapport contribuent à identifier les groupes d’enfants et d’adolescents à risque, disposant de peu de ressources personnelles et sociales pour faire face à des situations difficiles.

Le rapport se focalise sur la santé mentale et physique, les comportements à risque, les comportements favorables à la santé ainsi que l’environnement social de l’élève comme la famille, les amis et l’école. Les attitudes envers l'école ont été étudiées et des typologies de comportements de santé ont été élaborées. Pour la majorité des thématiques abordées, les conclusions principales sont les suivantes:

  • La santé mentale des adolescents s'est détériorée au fil du temps. Ainsi, la prévalence des plaintes de santé a augmenté de 34,8% en 2006 à 40,1% en 2018.
  • Diminution des harcèlements au fil du temps: victimes de harcèlements de 13% en 2006 à 8,2% en 2018  / auteurs de harcèlements  de 13,6% en 2006 à 4,3% en 2018.
  • Le surpoids et l'obésité sont devenus plus fréquents, passant de 14% en 2006 à 19% en 2018.
  • Diminution de l’activité physique chez les élèves. La barre redescend en 2018 à 35,2% des élèves qui pratiquent une activité physique au moins 4 fois par semaine, passant ainsi en-dessous de la barre de 39,6% en 2006.
  • La consommation d’alcool et de tabac a diminué au cours des années.
  • La consommation de cannabis a diminué chez les plus jeunes, mais a augmenté chez les plus âgés de 17 et 18 ans.
  • 65% des élèves disent aimer l’école. Cependant, 40% des élèves se sentent quelque peu, voire très stressés par le travail scolaire. Le nombre de jeunes qui trouvent facile d’échanger avec un de leurs parents sur leurs inquiétudes a légèrement augmenté.

En général au Luxembourg, comme dans de nombreux pays, le statut socioéconomique des parents joue un rôle dans la santé des adolescents. Pour la majorité des indicateurs analysés, les jeunes issus de milieux socioéconomiques favorisés montrent des résultats plus favorables. Une exception existe pour le stress scolaire et l’insuffisance pondérale: ici les élèves plus favorisés socioéconomiquement sont les plus touchés.

Si on peut constater un comportement plus défavorable à l’égard de leur santé, les garçons rapportent toutefois un meilleur état de santé que les filles.

L’analyse suggère qu’en général, les plus jeunes (11-12 ans) ont des résultats plus favorables que les groupes de jeunes plus âgés. Le harcèlement et les bagarres sont la seule exception à ce tableau.

Au niveau international, les élèves du Luxembourg se situent souvent au milieu du classement. Comparés aux jeunes d’autres pays, les adolescents au Luxembourg utilisent plus souvent de contraceptifs et se brossent plus souvent les dents. En revanche, ils sont plus souvent en surpoids, les filles pratiquent moins de sport et les plus jeunes participent plus souvent à des bagarres.