Dat huet den Auslandsministère an engem Communiqué matgedeelt.

Um Méinden haten eng Rei däitsch Medien ëffentlech gemaach, dass d'Software "Pegasus" vun der israelescher Firma NSO weltwäit genotzt gi wier fir Journalisten a Politiker auszespionéieren. Wéi et heescht, hätte virun allem autoritär Staaten dës Software genotzt fir onbemierkt Smartphones a Computeren z'iwwerwaachen.

Wéi den Ausseministère um Dënschden Owend matgedeelt huet, huet déi israelesch Firma och Entreprisen hei zu Lëtzebuerg. Wéi et am Communiqué weider heescht, wäert de Minister Jean Asselborn sech an engem Bréif un dës Entreprise riichten a si dorun erënneren, dass si sech un d'Gesetzer déi hei zu Lëtzebuerg gëllen och hale mussen.

Ausserdeem wier bis elo nach keng Ufro beim Ministère era komm fir Produiten oder Technologien z'exportéieren déi mat Cyber-Iwwerwaachung ze dinn hunn. Esou eng Ufro ass nämlech obligatoresch a muss bei den zoustännege Ministère am Virfeld deposéiert ginn.

Liest hei dee ganze Communiqué vum Auslandsministère:

Communiqué du Ministère des affaires étrangères et européennes Dossier NSO / Pegasus

Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes

Le ministre des affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, informe que le groupe NSO, basé à Tel Aviv en Israël, est présent au Luxembourg, outre les deux entités OSY Technologies SARL et Q Cyber Technologies SARL, également par les sept entités Triangle Holdings SA, Square 2 SARL, Novalpina Capital Partners SARL, Novalpina Capital Group SARL, NorthPole Holdco SARL, NorthPole Bidco SARL et NorthPole Newco SARL.

Le ministre Asselborn adressera aux dirigeants de toutes ces entités une lettre pour leur rappeler dans les termes les plus fermes que le Luxembourg applique à la lettre toutes les obligations en matière de contrôle des exportations et ne tolérerait pas que des opérations de ces entités à partir du Luxembourg contribueraient à des violations des droits de l’homme dans des pays tiers.

Aucune demande des entités liées au groupe NSO au Luxembourg pour une licence d’exportation de produits de cyber-surveillance n’a été reçue à ce jour. Tel que rappelé lors de la conférence de presse de ce matin, toutes les entreprises au Luxembourg ont un devoir de diligence qui les oblige à prendre contact avec les autorités compétentes pour des transactions qui tombent ou pourraient tomber sous les règles en vigueur concernant l’exportation de produits liés à la défense et de biens à double usage et à demander le cas échéant une licence d’exportation. Le transfert intangible de technologies à double usage est également couvert par ces règles.