Duerch d'Iwwerschwemmungen am Juli hei zu Lëtzebuerg, kéinten d'Biedem verknascht sinn. Hei fannt der d'Recommandatioune vun der Ëmweltverwaltung:

Bei den Iwwerschwemmungen de 14. a 15. Juli goufen hei zu Lëtzebuerg vill Haiser an Entreprisen beschiedegt oder zerstéiert. Doduerch sinn dann och Deels Chemikalien an d'Waasser geroden. An dës Chemikalie kënne sech elo och deels an de Biedem hei zu Lëtzebuerg erëm fannen.

Dës Verknaschtung ka potenziell an all den iwwerschwemmte Regiounen optrieden. Der Ëmweltverwaltung no sinn dës Veronrengegungen éischter minimal an dierfte keen wierklechen Impakt op d'Gesondheet hunn. Dat besonnesch fir Uebst a Geméis déi an Zukunft an de Gäert kultivéiert ginn. Bei Liewensmëttel déi an engem direkte Kontakt ware mam Héichwaasser, sollt ee sech awer un d'Empfeelunge vun der Santé halen.

Der Ëmweltverwaltung no sollt een am Beschte déi iewescht Buedem-Schicht am Gaart ëmgruewen ier een nees Neies kultivéiert. Wann ee Buedem a Bulli evakuéiere muss, sollt ee kucke dës als éischt dréchnen ze loossen ier ee se ewech bréngt. Am Fall wou ee mierkt, dass Bensin oder aner Verknaschtunge präsent sinn, sief dat duerch de Geroch oder well een eng blénkeg Schicht bemierkt, sollt een am Beschten déi zoustänneg Autoritéite kontaktéieren. Dës kéinten da Prouwen duerchféieren a kucke wéi staark dës Belaaschtung ass.

Dee ganze Communiqué mat all den Detailer fannt der hei.

Communiqué par: Administration de l'environnement

En plus d’importants dégâts matériels causés pour de nombreux habitants et entreprises, les inondations récentes qui ont touché le Luxembourg ont pu être à l’origine de déversements de produits chimiques (mazout, etc.) dans l’environnement. Ces déversements peuvent avoir causé des pollutions locales et/ou diffuses des sols. Ci-après, l’Administration de l’environnement propose quelques recommandations à ce sujet, afin de fournir un support à la gestion des conséquences de ces pollutions.

Les pollutions diffuses peu problématiques

Des pollutions diffuses se sont fort probablement crées sur la totalité des zones inondées. Il s’agit ici en général des mêmes polluants qu’en cas de pollutions locales, mais fortement dilués, transportés à moyennes et longues distances par les eaux et les sédiments.

Les polluants liés à des déversements de carburants (e.g. hydrocarbures pétroliers, hydrocarbures aromatiques polycycliques) ne sont pas ou peu assimilés par les plantes et sont en général dégradés ou immobilisés dans les sols. Il est donc peu probable que ces pollutions diffuses puissent poser un risque notable pour la santé des résidents ou pour les futures récoltes des jardins potagers. En ce qui concerne la consommation des fruits et légumes qui ont été en contact direct avec les eaux d’inondation, veuillez suivre les recommandations du ministère de la Santé.

Pour les personnes dont les terrains ont été touchés par les inondations, l’Administration de l’environnement recommande:

  • Le bêchage des premiers 10 cm du sol permet d’améliorer l’aération des sols ce qui permet meilleure dégradation de certains polluants organiques (hydrocarbures pétroliers) éventuellement présents dans les sols suite à une pollution diffuse.
  • Par précaution, il est recommandé de mettre des gants (gants de jardin, gants de travail ou similaire) quand vous travaillez dans le jardin et de soigneusement vous laver les mains après. Cette recommandation et d’ailleurs toujours valide.
  • Dans le cas où des boues ou des sédiments sont à évacuer, il est recommandé de se limiter aux masses qui ont effectivement été apportées par l’événement d’inondation. En cas d’une pollution diffuse, une excavation n’est généralement pas nécessaire.
  • Avant l’évacuation des boues et sédiments, dans la mesure du possible, il est recommandé de les entre stocker et de les laisser sécher.
  • En cas de doute sur la qualité chimique des boues ou sédiments destinés à être évacués (odeur de carburant ou présence d’irisations), il est recommandé de prendre contact avec un organisme agréé dans le domaine de l’environnement (Agrément E5 et F3) et de faire réaliser des analyses chimiques en vue d’une évacuation adaptée. Les organismes agréés peuvent en général donner des conseils quant à la bonne gestion de ces déchets.
  • Une approche concertée avec d’autres personnes touchées peut-être envisagée afin de minimiser les coûts associés à la gestion des boues et sédiments.

Les pollutions locales à évaluer au cas par cas

En plus des pollutions diffuses qui se sont répandues sur des très grandes zones, des pollutions locales du sol (en plus forte concentration) peuvent avoir eu lieu. Si par exemple une citerne de mazout s’est déversée sur votre terrain, ce dernier peut être affecté par une pollution locale du sol. Dans un tel cas:

  • Il est recommandé de vérifier tout d’abord auprès de votre assureur si les dégâts sont couverts par votre contrat d’assurance.
  • Afin d’évaluer les risques pour la santé et l’environnement provenant d’une pollution locale du sol, des études de sol s’imposent. Il est indispensable que ces études soient réalisées par un organisme agréé (agrément E5 et F3) dans le domaine de l’environnement. Une liste des organismes agrées peut être téléchargée ici: http://www.aev.etat.lu/download/organismes/Listes_des_organismes_agreees/Pers_agree_sauf_domaine_logement.pdf

En cas de doute, veuillez-vous adresser à l’Administration de l’environnement: protection-sols@aev.etat.lu.

Veuillez noter que des recommandations complémentaires, notamment au sujet de la protection de la santé et de la gestion de déchets sont disponibles via les liens suivants: