Vun 20 Patienten, déi mam Virus op den Intensivstatioune louchen, waren der 13 net géint de Covid-19 geimpft.

Am Laf vun der leschter Woch goufen hei am Land 10.680 Neiinfektioune mam Coronavirus gezielt. Wéi aus deem neiste Bilan vun der Santé ervirgeet, sinn dat der méi ewéi duebel esouvill ewéi an der Woch virdrun. Do waren et der nach 5'643. Den Inzidenztaux louch déi lescht Woch bei 1'682 Fäll op 100'000 Awunner. Virun allem wier dësen Taux an all den Altersklassen signifikant an d'Luucht gaangen. Dat ëm 81% am generellen, a bei Persounen tëscht 0 a 14 Joer souguer ëm 195%. Besonnesch an de Schoule géif de Virus sech aktuell staark verbreeden.

Vun 49 Patienten, déi an de Spideeler op den normale Servicer louchen, waren der 27 net geimpft. 22 haten e kompletten Impf-Schema. Vun 20 Patienten op den Intensivstatiounen, waren der 13 net geimpft.

Hei kënnt dir dee komplette Bilan vun der Santé noliesen:

Pour la semaine du 3 au 9 janvier, le nombre de personnes testées positives à la COVID-19 a fortement augmenté de 5.643 à 10.680 (+89%).  

Parmi les 10.680 infections détectées cette semaine, le taux d’incidence est de 1.990,26 pour 100.000 personnes non-vaccinées et de 1.544,11 pour 100.000 personnes avec un schéma vaccinal complet. 

Parmi les hospitalisations, 27 patients sur 49 hospitalisés en soins normaux n’étaient pas vaccinés (22 patients avaient un schéma vaccinal complet), alors que 13 patients sur 20 en soins intensifs n’étaient pas vaccinés.

Le nombre de tests PCR effectués au cours de la semaine du 3 au 9 janvier a augmenté de 23.014 à 36.198.

1510 personnes ont déclaré un test antigénique rapide (TAR) positif pour la semaine de référence, contre 151 pour la semaine d’avant, portant le nombre de résultats positifs suite à un TAR effectué par un professionnel de santé à un total de 1.055. Depuis l’introduction des auto-tests, 804 résultats positifs ont été déclarés (aucun cas pour la semaine du 3 au 9 janvier). Rappelons que les tests antigéniques rapides positifs ne sont pas pris en compte dans le calcul du taux de positivité. 

En date du 9 janvier, le nombre d'infections actives a augmenté à 16.343 par rapport à 8.451 au 2 janvier et le nombre de personnes guéries est passé à 98.767 (par rapport à 95.991). La moyenne d'âge des personnes diagnostiquées positives à la COVID-19 est de 31,3 ans.

Pour la semaine du 3 au 9 janvier, 12 nouveaux décès en lien avec la COVID-19 sont à déplorer. L’âge moyen des personnes décédées est de 77 ans.

Dans les hôpitaux, 49 nouvelles admissions de patients COVID-19 positif confirmés ont eu lieu dans l’unité des soins normaux. Dans les soins intensifs, le nombre de lits occupés est resté stable à 20. La moyenne d’âge des patients hospitalisés a augmenté de 56 à 57 ans.

Taux de positivité et taux d’incidence

Pour la période de référence, le taux de reproduction effectif (RT eff) a augmenté à 1,48 (1,30 la semaine précédente), et le taux de positivité sur tous les tests effectués (ordonnances, contact tracing) est passé de 24,52% à 29,50%.

Le taux d'incidence a augmenté à 1.682 cas pour 100.000 habitants sur 7 jours, contre 889 cas pour 100.000 habitants pour la semaine précédente. 

Par rapport à la semaine précédente, le taux d’incidence a augmenté substantiellement dans toutes les tranches d’âge. Mis à part les 75+ ans qui enregistrent une augmentation de 48%, le taux d’incidence a enregistré une augmentation de plus de 81% dans les autres tranches d’âge. La plus grande augmentation est enregistrée chez les 0-14 ans (+195%) suivi des 15-29 ans (+103%). Le taux d’incidence le plus bas est enregistré dans la tranche d’âge des 75 ans ou plus (380 cas pour 100.000 habitants).

Quarantaines et isolements 

Pendant la semaine du 3 au 9 janvier, 14.511 personnes se trouvaient en isolement (+79%) et 3.605 en quarantaine (+42%).

Contaminations

Avec l’augmentation du nombre de cas, il est difficile d’appeler tous les cas de la semaine et donc de déterminer la source probable de contamination.

Le cercle familial semble rester la source la plus fréquente (28,6%), suivi par les voyages à l’étranger (11,8%) et les loisirs (4,9%). Le pourcentage des sources indéterminées augmente (50,8%).

Situations particulières en milieu scolaire 

L’importante hausse des cas d’élèves testés positifs à la COVID-19  est directement liée à l’évolution de la propagation du virus dans la population globale et reflète la hausse du nombre de cas positifs dans le pays entier.

Pour la première semaine de reprise après les vacances scolaires de Noël, on note une large répartition des cas positifs d’élèves au niveau national : toutes les régions du pays et la majorité des écoles sont concernées. Les chaines d’infection proprement dites restent cependant limitées, témoignant de l’efficacité du dispositif de testing renforcé (journalier) mis en place dès l’apparition d’un premier cas positif dans une classe.

L'évolution de la situation à l'école continue d’être suivie avec la plus grande vigilance. La propagation rapide du COVID-19 constitue surtout un défi organisationnel pour les communautés scolaires.

Vaccinations : point de situation 

Pour la semaine du 3 au 9 janvier, 42.005 doses ont été administrées au total. 3.924 personnes ont reçu une 1re dose, 4.755 une 2e et 33.326 personnes ont reçu une dose complémentaire par rapport à un schéma complet, portant le nombre total de vaccins administrés en date du 11 janvier à 1.131.877.

450.399 personnes présentent un schéma vaccinal complet, ce qui correspond à un taux de vaccination de 81,4% par rapport à la population vaccinable (donc la population 12+).

Adaptation de la loi Covid

Suite au vote du 11 janvier 2022 du projet de loi n°7943, la loi modifiée du 17 juillet 2020 sur les mesures de lutte contre la pandémie Covid-19 a été adaptée sur les points suivants : 

Durée d’isolement réduite pour certains groupes de personnes

La durée en cas d’isolement est de 10 jours. Elle peut prendre fin avant l’écoulement des 10 jours, pour les personnes suivantes :



[block type="list" id="0"]