Am Kader vum Internationalen Dag vun der Eliminatioun vun der Gewalt géint Fraen, huet d’Regierung e Freideg eng Deklaratioun gemaach.

Gewalt géint Fraen a Meedercher wier eng vun de schlëmmste Verletzunge géint d’Mënscherechter. D’Regierung géif sech deemno fir eng Welt ouni Gewalt asetzen. Zum Beispill huet d’Lëtzebuerger Kommissioun fir d’Unesco sech engagéiert d’Thematik an de Medien op enger ethescher Aart a Weis z’ënnerstëtzen. Lëtzebuerg ënnerstëtzt och d’Propositioun vun enger europäescher Direktiv iwwer de Kampf géint d’Gewalt géint Fraen an haislech Gewalt. D’Orange Week tëscht dem 25. November an 10. Dezember ass wichteg fir de Public iwwer dëse Sujet ze sensibiliséieren, esou d’Regierung.

Deklaratioun vun der Regierung

Déclaration du gouvernement à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Une politique de zéro tolérance

Les violences à l’égard des femmes et des filles constituent l’une des violations les plus graves des droits humains.

Elles empêchent les femmes et les filles de réaliser leurs rêves ainsi que de déployer pleinement leur potentiel et forment ainsi un obstacle à la réalisation d’une égalité entre les genres, vécue au quotidien.

En cette Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le gouvernement luxembourgeois tient à réitérer, de manière déterminée, son engagement pour un monde sans violences.

L’objectif d’éliminer la violence à l’égard des femmes doit être porté par nous toutes et tous.

La violence n’est pas une fatalité ou une affaire privée : chaque membre de la société doit prendre ses responsabilités pour briser le tabou, pour lutter contre les discriminations, pour transformer les normes sociales préjudiciables et pour promouvoir une égalité réelle entre les genres.

Un engagement déterminé au niveau européen et international

La lutte contre la violence à l’égard des femmes est une priorité internationale à portée transversale que le Luxembourg soutient à tous les niveaux.

À titre d’exemple, la Commission luxembourgeoise pour l'Unesco est engagée à soutenir les professionnels des médias, les organisations de médias et autres parties prenantes, à aborder et à mettre à la une la violence contre les femmes et les filles de manière éthique et sensibilisée. Les médias peuvent avoir un impact sur la réalisation de l'égalité des genres, car ils ont le pouvoir et la capacité d'inspirer un changement de normes, d'attitudes et de comportements en déterminant par qui les voix sont entendues.

La violence a de multiples visages et touche tous les milieux sociaux et toutes les communautés : c’est pourquoi des règles communes à l’échelle européenne et internationale sont d’une importance cruciale.

Sur cet arrière-fond, le Luxembourg soutient pleinement la proposition de directive européenne sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique qui est actuellement en cours de négociation au niveau de l’Union européenne.

La convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique du Conseil de l’Europe, a été ratifiée par le Luxembourg en 2018. Il s’agit du premier instrument internationalement contraignant, basé sur une approche intégrée et multidisciplinaire.

En octobre dernier, le Luxembourg a accueilli une délégation du Groupe d’experts sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (GREVIO) afin d'échanger sur les progrès réalisés et de dresser un premier bilan de sa mise en œuvre de la convention d'Istanbul sur le plan national sur base d'un rapport préliminaire soumis par le Luxembourg le 8 mars 2022.

Au niveau multilatéral, le Luxembourg s’engage activement contre toute forme de violence à l’égard des femmes et des filles, notamment contre les violences sexuelles dans les conflits armés.

Le Luxembourg défend également la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles dans le cadre de son action pour prévenir et combattre les violences basées sur le genre, y compris les mutilations génitales féminines et le mariage des enfants. Cet engagement fait partie de la politique étrangère féministe du Luxembourg et constitue une priorité horizontale non seulement dans son appui bilatéral au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Sénégal, mais également dans les enceintes multilatérales.

Une solidarité sans faille au Luxembourg

Rappelons que le Luxembourg dispose d’une législation et d’un cadre social et psychosocial solides, complétés par de nombreux projets de sensibilisation et campagnes d’information en relation avec la violence domestique et la violence basée sur le genre.

Le gouvernement a mis en place une chaîne d’intervention efficace pour assurer une prise en charge globale des victimes et de leurs enfants ainsi que des auteur-e-s.

L’encadrement et la responsabilisation des auteur-e-s constituent en effet un pilier essentiel pour la protection des victimes et un élément-clé dans les politiques durables de prévention de la violence.

Dans ce contexte, le gouvernement tient à exprimer aux responsables et au personnel des structures d’accueil et des services de consultation son profond respect et ses sincères remerciements pour leur dévouement et leur travail quotidien.

L’« Orange Week » 2022, qui se déroule du 25 novembre (Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes) au 10 décembre (Journée internationale des droits humains) est l’occasion pour sensibiliser le grand public à la thématique de la lutte contre la violence basée sur le genre et pour rendre visible l’action sociétale pour cette cause importante.

Le soutien et l’engagement du gouvernement va au-delà de ces semaines d’activisme dans la mesure où la lutte contre la violence basée sur le genre constitue une priorité politique quotidienne et de longue date.

Unissions nos efforts pour faire de ce 25 novembre une Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des violences faites aux femmes !

Orangeons le monde pendant 365 jours par an!

 

 

 

 

 

Pour plus d’informations :

www.violence.lu

www.stopsexime.lu

 

www.stoptraite.lu

 

www.observatoire-egalite.lu